Olloy-sur-Viroin Chantier protohistorique et néolithique

Fouilles archéologiques
 
Archeostage  
   

Olloy dans la Chronique de l'Archéologie Wallone 2016 P

Olloy dans la Chronique de l'Archéologie Wallone 2015 P

2014 - Année de l'archéologie P
Olloy - Bilan 2004-2014 P
L'archéologie de prévention P
Direction de l'Archéologie P

Notre revue de presse P
Vidéo des fouilles en 2010 P
Formulaire d'inscription P

 
   
   
   
 
   
Rejoignez le groupe FB
Archéologie sur Facebook
 
   
Suivez l'activité de FB
Archéologie sur Twitter
 
   

Partenaire FSR 2015

 
   

Partenaire FSR 2015

 
   
 
Le site de fouilles - Les campagnes à venir
 

site

 

LA FORTIFICATION D'OLLOY-SUR-VIROIN

Le « Plateau des Cinkes », long éperon calcaire surplombant le Viroin d'une soixantaine de mètres, se trouve tronqué par la présence de deux remparts délimitant un espace d'environ 3 ha. Les deux levées, dont la plus importante, à l'est, atteint toujours 1m80 de hauteur, sont flanquées chacune d'un fossé extérieur. Les nouveaux travaux ont permis de retrouver les vestiges d'une occupation du Néolithique moyen (fortifiée déjà). Les structures laténiennes toutefois prédominent et sont finalement assez bien conservées. Leur datation est soutenue par une série de datations radiocarbone. Deux coupes dans les remparts ont permis d'établir qu'il s'agit d'un type « murus gallicus » à l'est et à l'ouest. Les fouilles ont également permis le dégagement des deux accès. Les poteaux de la porte occidentale mesurent jusqu'à 70cm de diamètre. A l'intérieur de la fortification, des structures de la Tène finale et de la période néolithique apparaissent (greniers, palissades, citernes). A noter, parmi le matériel archéologique, un assez grand nombre de fragments de bracelets en verre, ossements humains et animaux, dépôts cultuels,...

La fortification d'Olloy-sur-Viroin fait partie d'un ensemble de fortifications situées de part et d'autre du Viroin séparant les Rèmes des Atuatuques.

Consultez notre bilan de fouilles de 2004 à 2014

 

LA NECROPOLE

Le site comporte également d'autres structures encore visibles, notamment une nécropole constituée de nombreux « marchets ». Un inventaire de ces nombreux tertres de pierres a été entrepris. Nous en avons dénombré 128 à l'intérieur de la fortification, pour 25 hors rempart côté oriental (inventaire extérieur occidental non terminé). Soit au total 174 « marchets » recensés sur le site, dont plusieurs de très grande dimension (Diam : 10m et 11m80).

Les analyses radiocarbone font apparaître des datations couvrant la Tène finale et le début de l'époque romaine.

 

site

 

Site

 

LA PORTE OCCIDENTALE

Lors des campagnes précédentes, nous avons tenté de comprendre les structures défensives de la porte du rempart occidental. Complexe et très imposante, elle était vraisemblablement constituée de poteaux et de poutraisons sur plusieurs niveaux superposés.

 

LES CAMPAGNES DE FOUILLES A VENIR

En juillet 2017, les fouilles concerneront le rempart oriental et sa porte, phases 1 et 2 datées toutes deux de La Tène finale (datations radiocarbone KIK-IRPA) une palissade et un fossé néolithiques (civ. Michelsberg).

 

site

 
Page Suivante : Les dates et tarifs
 
 
 

Forges St Roch est une association sans but lucratif